1904 – Les premiers pas du socialisme gervaisien et du département de la Seine

téléchargementC’est n’est qu’en 1904 que la commune devient la première ville socialiste du département de la Seine. Jean-Baptiste Sémanaz sera le premier maire socialiste du Pré Saint-Gervais. À l’occasion des élections municipales de 1904, il propose un programme ambitieux : la création d’un dispensaire, un nouveau groupe scolaire, la gratuité des fournitures scolaires et l’assainissement de la ville. A trente ans, il devient le premier maire socialiste, succédant à une longue lignée de maires sans étiquette politique, notables pour la plupart. Il est renommé sans difficulté à la tête de l’équipe municipale en 1908 et 1912.

Il créera aussi l’Université Populaire Gervaisienne, des cours du soir destinés aux adultes. On y apprend le Français,les calculs, l’histoire et la géographie ainsi que des matières professionnelles, telles que la comptabilité ou le secrétariat. Les Gervaisiens peuvent aussi y apprendre la musique, participer à la fanfare municipale et pratiquer des activités sportives, grâce à la section appelée éducation Physique Populaire Gervaisienne (EPPG), aujourd’hui une des associations les plus importantes de la ville.

Après Sémanaz, d’autres maires issus de la SFIO seront élus au Pré Saint-Gervais : J.B. Tortorat (1914-1919), E. Boistard (1920-1944), Ed. Pepin (1944-1965) et F. Blanluet (1965-1977).