1904 – Les premiers pas du socialisme gervaisien et du département de la Seine

Le par

téléchargementC’est n’est qu’en 1904 que la commune devient la première ville socialiste du département de la Seine. Jean-Baptiste Sémanaz sera le premier maire socialiste du Pré Saint-Gervais. À l’occasion des élections municipales de 1904, il propose un programme ambitieux : la création d’un dispensaire, un nouveau groupe scolaire, la gratuité des fournitures scolaires et l’assainissement de la ville. A trente ans, il devient le premier maire socialiste, succédant à une longue lignée de maires sans étiquette politique, notables pour la plupart. Il est renommé sans difficulté à la tête de l’équipe municipale en 1908 et 1912.

Il créera aussi l’Université Populaire Gervaisienne, des cours du soir destinés aux adultes. On y apprend le Français,les calculs, l’histoire et la géographie ainsi que des matières professionnelles, telles que la comptabilité ou le secrétariat. Les Gervaisiens peuvent aussi y apprendre la musique, participer à la fanfare municipale et pratiquer des activités sportives, grâce à la section appelée éducation Physique Populaire Gervaisienne (EPPG), aujourd’hui une des associations les plus importantes de la ville.

Après Sémanaz, d’autres maires issus de la SFIO seront élus au Pré Saint-Gervais : J.B. Tortorat (1914-1919), E. Boistard (1920-1944), Ed. Pepin (1944-1965) et F. Blanluet (1965-1977).

Sur le même thème, lire aussi :

Les derniers contenus multimédias

%d blogueurs aiment cette page :